Chargement

Le transport représente la première source de gaz à effet de serre, soit 33 % des émissions de CO2. Les voitures personnelles sont les premières à générer ce type de pollution puisqu’elles sont à l’origine de 44,53 %. Principales responsables du réchauffement climatique, je suis convaincu que des efforts dans ce domaine peuvent changer la donne. En engageant une réflexion sur le transport éco-responsable et la logistique, nous pouvons réduire notre impact sur l’environnement.

Pertinence et optimisation des déplacements

Il est évident que pour commencer une production, l’ensemble de l’équipe doit se trouver sur place. Le matériel doit également être disponible sur le lieu de tournage. Pour autant, nous pouvons réfléchir aux moyens d’optimiser les déplacements.

Les transports qui génèrent le moins de CO2 devront être choisis en priorité. Le transport des personnes peut tout à fait être réalisé via la SNCF. Des tarifs de groupe peuvent être proposés afin de concilier économies et respect de l’environnement.

Le recours au VTC Green Marcel permet de rejoindre le tournage avec un impact minimal sur l’environnement. Lorsqu’un membre de l’équipe n’a pu utiliser le covoiturage, il pourra se diriger vers ce transport éco-responsable. Toutes ces solutions alternatives démontrent que l’utilisation de son véhicule personnel n’est pas la seule option. Au contraire, nous pouvons trouver de meilleures solutions.

Eco-conduite : l’évolution nécessaire des comportements

Dans le cadre du développement durable, l’éco-conduite vise un changement des comportements. À l’image du groupe La Poste qui a offert une formation à l’éco-conduite à 60 000 de ses collaborateurs, nous pouvons aussi sensibiliser à ce changement nécessaire. Les vertus environnementales de cette opération ne peuvent que nous inspirer.

Parmi les grands principes de l’éco-conduite, la vérification des pneus s’impose. Ce simple ajustement permet d’économiser 6 % de carburant. Vous comprendrez donc pourquoi cette étape est primordiale. Profitez-en pour vérifier le niveau d’huile pour ne pas forcer sur le moteur.

La vitesse doit également être adaptée, notamment en début de parcours. Lorsqu’elle est modérée, la pollution générée est nettement moins élevée. La vitesse pourra ensuite être augmentée progressivement. Simple à mettre en œuvre, cette démarche peut faire la différence.

La circulation doit aussi être anticipée afin de freiner en douceur et de générer moins de CO2. Il en est de même pour les arrêts successifs en éteignant le moteur. Le laisser tourner inutilement produit bien trop de gaz à effet de serre.

Une formation complète sur le sujet permet de comprendre les gestes simples à suivre. Vous pouvez donc la suivre pour faire évoluer votre propre comportement ou la proposer à votre équipe pour faire évoluer la conduite et réduire le bilan carbone pour chaque éco-tournage.

Le casse-tête du transport éco-responsable du matériel

Vouloir s’engager dans une démarche éco-responsable n’est pas aussi simple. Je me suis notamment heurté aux réalités de la logistique en ce qui concerne l’acheminement du matériel. Sans matériel, impossible de démarrer la production. Alors comment procéder ?

Heureusement, de nombreuses entreprises souhaitent développer le transport éco-responsable. La logistique écologique fait donc son apparition au travers d’initiatives comme celle de l’entreprise Vert Chez Vous. En utilisant des véhicules respectueux de l’environnement, la livraison du matériel est organisée avec un impact minimal sur la planète. En fonction de vos besoins, ils mettent à disposition une flotte adaptée. Je suis particulièrement intéressé par ces nouvelles solutions qui évitent d’avoir à renoncer à sa vision du transport éco-responsable et de l’éco-tournage. Je ne peux donc que vous encourager à les tester et à les adopter.