Chargement

Exigeant beaucoup d’énergie, chaque production se doit de prévoir l’aspect restauration. Toutefois, nous sommes convaincus que nous devons être attentif à nos habitudes dans ce domaine. Si ces moments permettent de réunir l’équipe et de partager, ils ne doivent pas faire perdre de vue l’impact de mauvais réflexes sur l’environnement. Comment développer une restauration éco-responsable ? Quels sont les grands principes à adopter ?

Restauration éco-responsable : la table régie

Entre les en-cas, les gobelets pour le thé et le café ou encore les plateaux-repas en plastique, la table régie est bien souvent synonyme de déchets. En s’organisant et en faisant les bons choix d’achats, nous pouvons en finir avec ce problème environnemental.

La fin des gobelets en plastique

Leur présence sur les lieux de tournage est désormais une hérésie. Il n’est plus possible de continuer à utiliser ces solutions pour boire. Au contraire, on se tourne vers des solutions plus durables. Les verres, les mugs ou les gourdes personnelles s’invitent à la table régie.

De nouveaux matériaux sont utilisés afin de concevoir des gobelets. L’amidon de maïs ou la pomme de terre font partie des nouvelles propositions. Toutefois, les déchets restent énormes lorsqu’ils ne peuvent pas être compostés. Il est donc préférable de se tourner vers une solution davantage en accord avec notre vision de la production éco-responsable.

Penser collectif et non plus individuel

Les dosettes à café semblent pratiques mais une fois de plus elles génèrent des tonnes de déchets superflus. Pour s’engager dans la restauration éco-responsable, la solution est avant tout collective. Rien d’innovant, mais l’utilisation des machines à café en grain revient à la mode, évitant ainsi les dosettes ou les capsules en aluminium. Le marc de café récupéré peut être versé directement au compost sans manipulation.

Nous pensons même que les petites bouteilles d’eau doivent être oubliées. Elles sont remplacées par les gourdes personnelles qui permettent de s’hydrater au gré de ses envies tout en limitant considérablement l’impact sur l’environnement. La restauration éco-responsable passe donc par le choix de solutions alternatives pratiques et écologiques.

Pour limiter les déchets, des mesures d’hygiène logiques et raisonnables sont mises en place. Savons à usage collectif, essuie-mains en tissu constituent à mon sens de bonnes alternatives. Avant toute chose, nous devons redoubler d’effort et de précaution pour faire de nos productions des exemples.

Comment sensibiliser à l’écologie dans l’espace de restauration ?

Alors que l’équipe se réunit pour partager des repas, l’espace de restauration représente une occasion de sensibiliser au tri sélectif. Si les déchets sont incontournables dans le secteur de l’alimentation, le tri permet de réduire l’impact sur l’environnement. Certains d’entre eux vont en effet pouvoir rejoindre un autre cycle vertueux dans le cadre du recyclage.

Notre objectif doit être d’expliquer à l’équipe l’importance de ce tri. Ce travail de sensibilisation est essentiel pour obtenir une participation maximale. Des messages sur la façon de bien trier et sur les gestes à réaliser pour la planète peuvent être affichés dans le lieu de restauration. De cette façon, vous obtiendrez une adhésion plus grande de toutes les personnes qui participent à cette production.

Concilier cantine et écologie

En studio comme en décors extérieurs, les repas sont généralement pris sur place. Pour autant, la cantine doit être l’occasion de lancer une réflexion sur les repas consommés. Les fournisseurs sont à choisir avec soin pour leur engagement envers la planète. Emballages limités et en matériaux recyclés, démarche durable font partie des choix que vous devez privilégier.

Le choix de produits locaux et de saison réduit sensiblement le bilan carbone de chaque repas. Avec le cuisinier, vous pouvez donc rechercher des fournisseurs qui proposent ces ingrédients tout au long de l’année. La restauration éco-responsable demande d’effectuer quelques recherches pour collaborer avec des producteurs engagés.